BATD, une structure exceptionnelle de formation et de promotion du tennis en Belgique - BATD, een uitzonderlijke structuur voor opleiding in en promotie van het tennis in BelgiŽ.

BATD Clubs & Schools

Editorial  

La remontada

   Ces derniers temps, David Goffin luttait, tel un naufragé dans la tempête, pour sa survie sportive au point même que ses partisans les plus enthousiastes commençaient à douter qu’il pourrait retrouver le niveau auquel il s’était élevé quand il atteignit la finale du Masters et celle de la coupe Davis. Depuis le début de l’année, il s’acharnait à redevenir lui-même sans réussir à forcer les résultats grâce auxquels la confiance en ses immenses moyens lui reviendrait. À Roland-Garros, il fit très bonne figure au troisième tour contre Nadal. Mais, pour son entree en matière sur l’herbe, il (se) déçut en s’inclinant devant Adrian Mannarino, lors d’un quart de finale dont il paraissait devoir émerger puisqu’il mena une manche à zéro et break en sa faveur dans le deuxième set.

   Or, voici qu’au tournoi de Halle, il a réussi un coup de maître. Il y a bénéficié de la réussite qui lui faisait défaut ces derniers mois. En quart de finale, il remporta la victoire dont il avait besoin pour remettre de l’ordre dans « la baraque ». Il se défit d’Alexandre Zverev, quelque peu diminué peut-être par une gêne au genou ; mais, grâce à une équanimité recouvrée, il parvint à forcer le gain de la partie dans le tie-break final. Ce faisant, il a donné plus que l’impression de remettre enfin le pied à l’étrier…

   Sans doute n’a-t-il pas dérogé à l’habitude qu’il a prise depuis le début de l’année en s’inclinant dans chaque tournoi devant le joueur qui allait s’accaparer du titre. À Halle, la règle fut d’application également ; mais il n’est certainement pas déshonorant ni préoccupant d’avoir perdu contre Roger Federer, plus jeune que jamais, dès qu’il retrouve son jardin. Mais l’enseignement principal de la semaine tient plutôt au fait qu’en accédant à la finale, David a retrouvé un classement plus en rapport avec son talent. Le voici remonté à la vingt-troisième place, ce qui présentera l’avantage de ne pas l’exposer à un affrontement prématuré avec une des quatre premières têtes de série à Wimbledon où, rappelons-le, il n’a aucun point à défendre.

Michel Nestor, le 24 juin 2019

Haut de la page